Traduction de deux poèmes de Bastian Schneider

Voici deux poèmes de Bastian Schneider et leurs traductions, que j’ai réalisées en collaboration avec l’auteur (voir article précédent). Ces textes ont été publiés dans le numéro 2 de la revue À verse.

 
 

wir reichen einander

die hand ins auge

todunter überleben

mit papiergeduld

mit ‚tintenfingern’

hirnwärts –

vertrautes sprechen

versprochener sprache

die der zeit verlor zu sein.
 
 

nous nous donnons

la main dans l’œil

survivre sous la mort

par une patience de papier

par des doigts d’encre

s’approchant du cerveau –

la parole familière

d’une langue promise

qui cessa d’appartenir au temps.

 
 

du hast gewunken

vorbei an deiner zunge

ein atemstück

deine lippenblüten

mir gereicht herüber

über

 
das felsenmeer der zeit.

 
es ward ein faden gespannt

zwischen finger und aug –

deine kuppe blüht

meiner iris entgegen.

 
ich trage dein wort aus –

lidunter.
 
 

tu as laissé passer

le long de ta langue

un morceau de souffle.

tu m’as donné

les fleurs de tes lèvres

par-dessus

 
la mer rocheuse du temps.

 
un fil fut tendu

entre mon œil et ton doigt

dont le bout fleurit

vers mon iris.

 
je mûris ton mot –

sous mes paupières.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s