Le miracle de Hudson River, poème

Voici un poème écrit à New York en janvier 2009, et publié dans le N°3 de la revue À verse.


Le miracle de Hudson River


Titraient les journaux ce matin

Les déjà morts sont revenus

Sauvés des eaux ! Et God bless le pilote !!!



Tu passes plus haut dans le nord de Harlem

le spanglich à la bouche

un café noir sur ton coeur corsé

 

De ses doigts d’argent

le Georges Washington Bridge sculpte dans l’air lavé

 

 

Sur nous tombent des farenheit bleus

 

 

La Hudson ne s’écoule plus

qu’en de minces détroits sous sa cape

L’ordre du monde a changé

L’eau devenue écorce et pierre

L’esprit enfin se fige

 

 

Il y a trois jours seulement

comme tu contemplais un tableau de Wyeth

un avion s’était posé

 

dedans

 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le miracle de Hudson River, poème »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s