Au pré, poème

Ce poème, dédié à Jean-Pierre Lemaire (dont j’avais pu suivre l’atelier d’écriture à la Sorbonne en 2005), est publié dans le numéro 3 de la revue À verse.

Au pré

À Jean-Pierre Lemaire

Il était entouré de forêts.

Enfants, nous savions son nom juste.


Le méchoui qui cuisait ne te concernait pas.

À toutes jambes, ta quête était celle du couteau, du rameau, qui ferait la canne à pêche.


Au centre de libellules contemplatives, ta patience naquit à l’ombre, les pieds dans la terre mouillée, un fil tendu aux araignées d’eau.


Ce soir le pain roussirait entre la cendre et le cri de la hulotte.

Mais au bout de ta ligne la nuit pouvait attendre.

Souvent c’est ton doigt que tu prenais à l’hameçon.

Dans la goutte rouge qui montait vers les miroirs de lumière, tu pouvais pêcher de ta main toute la force des arbres.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s