Englischer Garten, poème

Voici un poème écrit à Munich pendant l’hiver 2006-2007, et publié dans le numéro zéro de la revue A verse.

Englischer Garten


Le jardin allongé attend devant ta porte

Et le ruisseau


À chaque pont est un repère


Tu longes des chemins supposés

de vieux arbres et d’arbrisseaux


Une oie sauvage va migrer

Toi tu graves tes pas dans la neige profonde


Et le ruisseau

Fait craquer sa cape grise


Longtemps le froid t’enroule dans sa chape


Mais les joies douces au centre

Le lac gelé et les bancs verts te disent

« Erster Blick im Englischen Garten ».


Advertisements

5 réflexions au sujet de « Englischer Garten, poème »

  1. C’est avec toujours autant de plaisir que je relis ce très beau poème, qui me rappelle de très bon souvenir autour de la création de cette revue ! Bonne continuation !

  2. On sent la fille du sud traumatisée par le froid de Munich quand même… Avec sa très longue écharpe remontée jusqu’au nez !
    Merci pour ce poème souvenir.

  3. Bravo Irene pour le blog !
    C’est un plaisir de pouvoir lire ton travail. Et j’espere pouvoir te rejoindre sur la blogosphere bientot !
    Au fait, pourquoi ne pas ajouter « le Miracle » juste au dessus de « Englisher Garten » ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s